Accès membre

fr
TELECOM PARIS TECH ALUMNI
Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Revue TELECOM 188 - Compte-rendu du Télécom Paris Talks du 13 février

Articles Revue TELECOM

-

15 mars 2018

COMPTE-RENDU DU TELECOM PARIS TALKS DU 13 FEVRIER



Par Gérard Cambillau (1973) dans la revue TELECOM n° 188


A l'occasion de la mise en ligne du MOOC MOBILITE 3.0, le 16 mars, Télécom Evolution et Télécom ParisTech alumni ont organisé une table ronde le 13 février rassemblant des acteurs représentatifs du monde de la mobilité : opérateurs de transport, constructeurs de navettes autonomes, sociologues des usages, start-up, et bilan du dernier CES de Las Vegas.


Véhicule autonomes, robots taxis, navettes autonomes, nouveaux services de mobilité (covoiturages, auto partage),une nouvelle mobilité est arrivée... c’est la mobilité 3.0. Quels nouveaux rôles pour les opérateurs historiques de transport, pour les collectivités territoriales et les pouvoirs publics de façon plus générale.


Navettes autonomes et transports publiques

Une première innovation dans la mobilité : la navette autonome est présentée par Edgar Zanelato-Contier de la société Transdev. Il décrit le transport public : le passage des véhicules particuliers, des taxis, dans un futur proche avec : des services de transports partagés autonomes, et des véhicules particuliers autonomes. Transdev expérimente actuellement des services de véhicules autonomes en complément des réseaux de transports publics existants dans des sites fermés (aéroports, hôpitaux, campus), dans des centres-villes en zones piétonnes, dans des services de nuit et en heures creuses. Cet opérateur de service public peut être considéré comme le pionnier de la mobilité autonome avec, depuis 2005, plus de deux millions de passagers transportés et 350 000km parcourus. Il décrit le lancement en 2018 à Rouen d’un projet phare : le premier service de transport à la demande en véhicules autonomes en Europe. Il desservira la technopole du Madrillet avec quatre véhicules autonomes électriques Renault ZOE et sept navettes autonomes I-Cristal Shuttle sur trois boucles en route ouverte. Cette zone desservie est composée des écoles d’ingénieurs de l’INSA, de ESIGELEC, de zones d’habitation et de grandes surfaces.

NAVYA est une société Lyonnaise qui s'est spécialisée dans la construction de navettes autonomes et dont l’inventivité, la créativité, l’innovation en ont fait un leader mondial des navettes autonomes avec plus de 65 navettes autonomes Autonom Shuttle qui circulent actuellement dans le monde et qui ont transporté plus de 280 000 passagers Les solutions de Navya apportent une nouvelle autonomie aux usagers des transports : une gamme de produit a été développée : Autonom Shuttle pour les services de navettes et Autonom Cab, le premier robot–taxi du marché pour des trajets à la demande. Ces véhicules révolutionnent la mobilité et ses usages dans le centre-ville. En effet conçus avec une motorisation électrique ils sont connectés avec les autres véhicules et l’environnement et bien sûr totalement autonomes, ils n’ont ni poste de pilotage, ni volant, ni pédales ; le véhicule navette qui peut accueillir jusqu’à 15 personnes est doté de capteurs lui permettant de connaître son environnement et de naviguer efficacement dans la ville : trois lidarsVLP, sept lidars scala, quatre radars, six caméras, deux antennes GPS, odométrie.

Grégoire Bonnat co-créateur de la start-up PADAM issue de l’incubateur de Télécom Paris Tech, propose aux opérateurs de transport des solutions basées sur l’intelligence artificielle pour optimiser la gestion des lignes de bus, les itinéraires, les horaires en développant le principe de transport à la demande. Les créateurs de PADAM ont dans un premier temps expérimenté de tels services de navettes partagées en région parisienne sur un usage nocturne puis sur la mobilité quotidienne domicile-travail à des moments où les transports publics n’étaient plus présents, tard la nuit ou très tôt le matin. Ce savoir faire a été transformé en un produit Software as a service à destination des opérateurs de transport. Basé sur les techniques de d’optimisation sous contraintes et temps réel d’une flotte de véhicules, ces problèmes de recherche opérationnelle jusqu’à présent of line ont été adaptées à des méthodes on line compatibles avec smartphone et cloud. Avec cette plateforme d’exploitation PADAM LIVE, les clients réservent et suivent leur trajet sur leur application mobile, les conducteurs suivent une feuille de route mise à jour en permanence sur leur tablette, les opérateurs savent à tout moment l’état de la flotte et son affectation.

La PME ZENBUS issue de l’incubateur ParisTech Entrepreneurs, présentée par Quentin Deniaud, propose un service qui permet de répondre à la question : où est mon bus ? Le voyageur peut optimiser son trajet en suivant la position de son bus localisé en temps réel dans les rues de la vie via un système de géolocalisation des véhicules. Il s’appuie sur l’utilisation du smartphone du conducteur : la data est récupérée, remontée dans le cloud et redistribuée à tous les clients. Son rafraichissement toutes les secondes permet à faible prix de mieux connaître la position réelle du bus. Son déploiement très facile permet d’expliquer son succès en France et à l’étranger en particulier au CANADA.


Futur de la mobilité : start-up et CES Las Vegas

Après ces interventions, nous avons voulu nous projeter dans le futur en nous appuyant sur les nouveautés 2018 du CES (Consumer Electric Show) de Las Vegas. David Menga, représentant en France du CES et expert de EDF LAB a relevé plusieurs tendances : la montée en puissance de la 5G pour les véhicules connectés et autonomes (Byton, Samsung/Harman) permettra avec la technologie C-V2X un niveau de prévisibilité supérieur avec une sécurité accrue par une collaboration avec son environnement tels que autres véhicules, bâtiments, vélos, piétons, véhicule d’urgence. Pour améliorer la circulation automobile un dialogue s’installe avec l’infrastructure routière (C-V2I), par exemple, feux rouges intelligents. La 5G va être le catalyseur des nouvelles infrastructures de la Smart City. Tout va communique, collaborer, coopérer et se coordonner avec tout. Les véhicules autonomes se dotent d’interfaces intuitives avec la commande à la voix, au toucher, à reconnaissance faciale, par l’IRIS, par la pensée ; elles peuvent gèrer les aspects porte-monnaie électronique pour payer rechargement rapide, péage autoroute, péage parking. Les véhicules autonomes ne sont pas oubliés avec une grandes diversités d’innovations : la valise compagnon qui vous suit, le robot de livraison, le robot magasinier, le camion autonome chinois, le bus accessible qui comprend le langage des signes, sans oublier le train hyperloop de Virgin qui se déplace sous vide par sustentation magnétique, les drônes taxis Volocopter et Bell Air taxi.


Quelques réflexions sur les usages

Pour conclure cette table ronde l’intervention de Monsieur Berthil de Fosse, sociologue prospectiviste et directeur du cabinet Chronos aborde le problème complexe de la mobilité par une interpellation des élus et aussi des utilisateurs qui devront faire des choix : « l’écoute des usages de la ville appelle un aggiornemento des transports ». Face à cette effervescence en terme d’innovation avec la Smart Mobility qu’en retiennent les usagers ? Les bus ne sont pas bien notés dans les sondages, la voiture reste le mode de transport dominant. Même les milléniums aiment la voiture personnelle et ils ne la partagent que parce que c’est moins cher. Quant aux nouvelles mobilités, leur adoption est hétérogène certains adoptent les nouvelles pratiques, d’autres restent à l’écart. De plus l’alternative à d’autres mobilités est surtout réelle dans les grandes agglomérations donc risque réel de désynchronisation, de fracture des territoires. En conclusion Berthil de Fosse exhorte les acteurs publics à se ressaisir du sujet et à ne pas se laisser tirer par l’innovation et propose un autre défi : passer d’un paradigme de l’offre à celui de la demande : moins se déplacer… est aussi une option.

Des nombreuses questions de l’assistance dans le débat qui a suivi, nous pouvons retenir que la France est pionnière en construction de navettes autonomes, beaucoup de villes moyennes sont intéressées… la Smart Mobility risque de mieux desservir la ville que la campagne car beaucoup de territoires restent encore dépendants du véhicule individuels. Pour conclure après ces présentations très « technophiles » reprenons la réflexion d’un participant : n’y a-t’il pas aussi des solutions plus simples comme le vélo, la marche pour les derniers kilomètres ? Le véhicule autonome n’est pas forcément le Graal de la mobilité future. Ainsi Copenhague a mesuré le coût du kilomètre en voiture à 80 centimes et le gain positif de 20 centimes lié à des économies de santé par kilomètre en vélo. Le débat sur la Smart Mobility est loin d’être clos.


Biographie de l'auteur

Gérard Cambillau (1973), Délégué Transport et Mobilité à Télécom ParisTech et à l'Institut Mines Télécom Il a exercé des fonctions de directions à la Direction Recherche Innovation de la SNCF, puis à l'INRETS et à l'IFSTTAR .Ses travaux de recherche portaient sur le traitement du signal, sur l'intelligence artificielle, sur la robotique mobile. Expert PREDIT, ADEME, il est membre du conseil scientifique de l'ATEC ITS et représentant ParisTech au bureau de VEDECOM. Il est l'auteur à la Documentation Française de deux ouvrages "Robotique Mobile et ses Applications" et "images et Vidéodisques".





1633 vuesVisites

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 192 - La fintech le nouveau visage prometteur du secteur financier par Hanady Abboud (2019), Steven Bias (2018), Marc-Antoine Laville (2018) et Joanne Saba (2019)

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

11 avril

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 192 - Shift Nommé au Prix de la Croissance

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

11 avril

Articles Revue TELECOM

Revue TELECOM 192 - Lemonway Nommé au Prix de la Croissance

User profile picture

Rédaction Revue TELECOM

11 avril